30/03/2015

La production de pétrole s'envole aux Etats-Unis et les maires de 6000 villes européennes s'engagent à réduire les émissions



Etats-Unis - Europe : Lundi 30/03/2015 - Energies de la mer - Regards sur le pétrole et en Europe 6000 maires s'engagent à réduire les émissions de gaz à effet de serre

Confirmation : Au début de l'année, Patrick Pouyanné, président de Total avait mentionné sur France Info, que les Etats-Unis avait produit 12,36 millions de barrils de brut et autres liquides par jour en décembre 2014, contre 10,99 millions pour la Russie et 9,62 millions de barils pour l'Arabie saoudite. 

Avec le pétrole de schiste, les Etats-Unis ont pratiquement doublé leur production de pétrole depuis 2007.

En direct de l'EIA - US Energy Information Administration - Independant Stastitics and Analysis vient d’annoncer les chiffres :

U.S. crude oil production (including lease condensate) increased during 2014 by 1.2 million barrels per day (bbl/d) to 8.7 million bbl/d, the largest volume increase since recordkeeping began in 1900. On a percentage basis, output in 2014 increased by 16.2%, the highest growth rate since 1940. Most of the increase during 2014 came from tight oil plays in North Dakota, Texas, and New Mexico where hydraulic fracturing and horizontal drilling were used to produce oil from shale formations.

In percentage terms, the 2014 increase is the largest in more than six decades. Annual increases in crude oil production regularly surpassed 15% in the first half of the 20th century, but those changes were relatively less in absolute terms because production levels were much lower than they are now. Crude oil production in the United States has increased in each of the previous six years. This trend follows a period from 1985 to 2008 in which crude oil production fell in every year (except one).


Although oil production is expected to rise in 2015 and again in 2016, the growth is not expected to be as strong as in 2014. Since mid-2014, the price of crude oil has fallen about 50%, which has slowed production in marginal drilling areas and focused investment in the more developed areas of tight oil plays. Annual crude oil production is expected to grow at a slower rate, 8.1% this year and 1.5% next year, according to EIA's latest Short-Term Energy Outlook (STEO). The slowdown in growth is more evident when looking at production between December 2014 and December 2015, which is forecast to rise by just 200,000 bbl/d.

En Europe, à l'occasion d'une réunion organisée à la mairie de Paris, les maires de 6000 villes européennes se sont unis, pour la première fois, afin de faire face à des enjeux de fond et cela à quelques mois de la 21ème Conférence des Parties. 

Cette réunion s'est tenue le jeudi 26/03/2015 afin de construire une véritable stratégie pour amplifier les politiques actuelles et s’efforcer, avec l’ensemble des partenaires des territoires, à réduire d’au moins de 40% les émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030, d’augmenter de façon significative la part d’énergies renouvelables et de poursuivre les efforts pour réduire notre consommation d’énergies, en ligne avec les objectifs de l’Union européenne.  


La liste des maires des capitales et grandes villes européennes  présents à Paris qui s'engagent pour le climat en route vers la COP21 ICI

Sources: Office of Communications/U.S. Energy Information Administration - 
Principal contributor: Tom Dogget,Petroleum Supply Monthly - U.S. Department of Energy. The “Today in Energy” brief was posted Monday on EIA’s website et Mairie de Paris 






29/03/2015

Elections départementales 2015 : Résultats



France (U.E) - Dimanche 29/03/2015 - Energies de la mer

Ne cherchez plus.

Les résultats des élections par départements sont sur la carte du Ministère de l'intérieur. Le site des énergies de la mer a mis un lien. Il suffit de cliquer ICI.

27/03/2015

Rhyl Flats - UK : Contrat de maintenance et de services de 15 ans pour Siemens


Parcs Rhyl Flats, North Hoyle et de Gwynt y Mor - copyright RWE

Pays de Galles - Royaume-Uni (U.E) – Vendredi 27/03/2015 – Energies de la mer - Siemens a signé un nouvel accord pour le Rhyl Flats Wind Farm Ltd/ RWE npower – qui co-opérateur avec RWE Innogy UK (RWE npower renewables – RWE Innogy GmbH). Celui est détenu à 50,1% par RWE AG. La durée du contrat signé le 26/03/2015 porte sur les services et  la maintenance durant 15 ans.

Cet accord marque la première extension de services offshore post-garantie pour Siemens et la durée du cycle de vie des turbines.

Les opérations de service et de maintenance pour les éoliennes offshore de Siemens proposent une surveillance et des diagnostics à distance fournis par le personnel des services experts de Siemens.

Mark Albenze, responsable de Siemens Power Generation Services, Wind Power and Renewables, a déclaré que "ce nouvel accord à long terme renforce notre position en tant que fournisseur de services de premier plan du monde pour l'éolien offshore et souligne notre capacité à aider nos clients à réaliser le plein potentiel de leurs éoliennes à travers estimée cycle de vie des unités. Le Rhyl Flats Wind Farm est l'un des 12 projets éoliens offshore dont Siemens fournit des services en Grande "

25 turbines Siemens SWT-3.6-107 équipent Rhyl Flats d’une capacité maximale installée de 90 MW et répond aux besoins d'environ 61.000 foyers par an.

Situé à proximité de North Hoyle et de Gwynt y Mor RWE, le parc Rhyl Flats est également équipé par les turbines Siemens. Les trois parcs seront capables de générer de l'énergie pour alimenter plus de 500 000 foyers - soit plus d'un tiers du total nombre de maisons dans tous Pays de Galles.

La base d'opérations et de maintenance est au port de Mostyn qui est également utilisé comme la base de service et de maintenance pour Gwynt y Môr Offshore Wind Farm.

Sources : Siemens, RWE Innogy

Points de repère

Rhyl Flats a été lancé le 15/07/2009. Rhyl Flats qui est situé à environ 8 km au large des côtes du Nord du Pays de Galles (Round 1). Initialement développé par Celtic Offshore Wind Ltd a été acquis par RWE en 2002.

Gwynt y Môr Offshore Wind Farm (Round 2) - vidéo RWE - est détenu par 4 actionnaires, RWE Innogy GmbH - Stadtwerke München GmbH : JV entre RWE Innogy, Siemens et UK Green Investment Bank - Siemens AG : JV entre RWE Innogy, Stadtwerke München et UK Green Investment Bank - UK Green Investment Bank (Round 2). Il comprend 160 éoliennes SWT-3.6 MW de 3.6MW d’une capacité totale de 576MW. Le 16/03/2015 Gwynt y Môr a annoncé avoir reçu un don de £570.000 de RNLI (Royal National Lifeboat Institution). Gwynt y Môr fait partie des 5 parcs éoliens offshore de plus de 100 éoliennes offshore - ICI

North Hoyle (opérateur RWE) a été mis en service complétement le 1er juillet 2014 est situé entre Rhyl et Prestatyn (Round 1). Il comprend 30 éoliennes Vestas V80-2.0 MW de 2MW d’une capacité totale de 60MW. Photo : copyright A. Upton - RWE



Spécial Ecosse

Jeudi 26/03/2015 – Energies marines, trois projets reçoivent £3,7m dans le cadre WATERS3. 1/2 - ICI.

Partie 2 à venir : Energies marines,  £4,8 millions pour booster les énergies marines renouvelables et FOCUS sur les fondations pour l'éolien offshore et l'éolien flottant 2/2.


La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur le site numérique energiesdelamer.blogspot.com n'est pas autorisée sans la mention de leur origine et de la date et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.

26/03/2015

Spécial Ecosse : Energies marines, trois projets reçoivent £3,7m dans le cadre de WATERS3. 1/2

 
PLAT-O, un des 3 lauréats

Ecosse - UK (U.E) - Jeudi 26/03/2015 - Energies de la mer. Spécial Ecosse 1/2

Jeudi : Energies marines, trois projets reçoivent £3,7m dans le cadre de WATERS3. 
Vendredi : £4,8 millions pour booster les énergies marines renouvelables et FOCUS sur les fondations pour l'éolien offshore et l'éolien flottant.

Contexte écossais 

Le gouvernement a annoncé que les énergies renouvelables étaient devenues la principale source d'énergie de l'Ecosse. Elles ont couvert la moitié (49,5%) des besoins du pays en 2014. RenewableUK a souligné que l’éolien terrestre et en mer représentent près de 12% de la production totale d'électricité.

L'éolien terrestre et offshore ont augmenté respectivement de 7,9% et de 16,1% en 2014. Parallèlement les émissions de gaz à effet de serre ont baissé au Royaume-Uni de 8% en 2014, notamment grâce aux énergies renouvelables et à une baisse de l’utilisation du charbon.

Une politique volontariste et pérenne

Les bonnes nouvelles n’arrivent jamais seules. £3,7 millions sont les nouveaux soutiens apportés à trois entreprises pour poursuivre les tests et développer de nouveaux prototypes d'énergie marine. Cette annonce faite le 24/03/2015 dans le cadre des résultats du programme de financement WATERS (développé conjointement avec le gouvernement écossais et les Highlands and Islands Enterprise) conforte à la fois la stratégie de continuité du gouvernement pour le développement des énergies renouvelables de la mer et la volonté de faire de cette filière un élément clé de la politique énergétique, de la Recherche et Développement et de l’innovation  en Ecosse.

Trois projets lauréats de WATERS3

Albatern qui reçoit £1.8 m pour le projet de SQUID appelé WaveNet. Le coût total de déploiement du premier réseau de démonstration WaveNet est de £3,5 millions. Albatern avait reçu £617.000 dans le cadre de WATERS 2. Le WaveNet est constitué de SQUID, unité individuelle de production connectée entre elles. Les modules peuvent produire de 750kw à plus de 10MW selon le nombre de SQUID connecté. Albatern vise spécifiquement les marchés hors réseau tels que l'aquaculture et d'échelle de projets communautaires. Le 3 mars dernier, Scottish Entreprise avait abondé de £400k par l’intermédiaire de Renewable Energy Investment Fund géré avec le gouvernement écossais. Les marchés cibles sont le Chili, le Japon, le Canada, la Norvège et la Nouvelle-Zélande

NOVA Innovation a reçu  £573K pour développer un générateur à entraînement direct permettant d'accroître l'efficacité et la fiabilité des turbines marémotrices, réduire le coût de l'énergie de 20%, et augmentant les recettes commerciales. La technologie a été développée avec le soutien de Scottish Enterprise SMART qui permet un partage des connaissances notamment avec l’Université d’Edinbourg.


 
Sustainable Energy Marine a reçu un financement de £1,3m pour un coût total de £2,5m destiné au démonstrateur de la plate-forme flottante PLAT-ON qui sera amarrée au fond marin en utilisant une solution d'ancrage, également conçue par l’équipe d'ingénieurs de l’entreprise.
  



La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur le site numérique energiesdelamer.blogspot.com sans mention de leur origine et de la date est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.

25/03/2015

DNV GL valide des données de WaveRoller

-->





Finlande - Mercredi 25/03/2015 - Energies de la mer - WaveRoller® a franchit une étape importante avec la validation par DNV GL le calcul de charge et les méthodes d'analyse structurelle.
Les résultats simulés ont été comparés aux mesures effectuées au cours des essais en mer du Pilot Power Plant WaveRoller® en 2014.

DNV GL a utilisé son outil de modélisation de convertisseur d'énergie des vagues pour simuler les charges sur la structure de WaveRoller®, qui est la plate-forme logicielle WaveDyn.





Les différents résultats des efforts de la structure à ces charges ont été analysés et comparés à celle mesurée lors des essais en mer en fin d'année 2014. Cela a permis de valider la méthodologie numérique à des fins de conception.

DNV GL rappelle que « l’estimation est une tâche complexe qui nécessite une grande précision afin de mesurer la réponse structurelle dans l'environnement réel telles que les conditions particulièrement hostiles constatées dans les derniers essais en mer, avec des vagues de plus de huit mètres qui avaient enregistrées ».

Le déploiement commercial du dispositif de 350 kW est en bonne voie pour 2016.

Retour vers le développement DCNS et Fortum

D’après les informations collectées auprès du service de communication de la Division énergies et infrastructures marines (EIM) de DCNS, « l'étude de faisabilité pour la baie d'Audierne s'est achevée fin 2014 ; la ferme pilote est techniquement faisable. La poursuite de la concertation grâce à des rencontres avec les parties prenantes donnent des indicateurs plutôt verts et il n'y a pas de points bloquants à ce jour. La préparation du programme de l'Etude d'Impact Environnementale durera environ 1 an et se poursuivra par les demandes d'autorisation administratives ».

Sources : DNV GL - DCNS

Points de repère

Pour mémoire, le conseil régional de Bretagne avait accordé une subvention de €575.600 à DCNS pour permettre de réaliser en baie d’Audierne des études de faisabilité technique d’une ferme pilote de production électrique à partir de l’énergie de la houle. Le budget d'études est d'environ de €2 millions. Il porte sur la sédimentologie et la courantologie de la baie, le faisabilité environnementale du site pilote et les conditions de raccordement au réseau ERDF. Le démarrage devrait être effectué en 2017-2018 pour une puissance totale de 1,5 MW. Des études d'impacts ont déjà étaient réalisées par Artelia en 2012.

Le consortium Wattmor est composé de DNCS et de Fortum. Il vise à installer en France le système WaveRoller®, développé par la société finlandaise, AW Energy, dont Fortum est actionnaire.

21/11/2014 - Wave RollerTM : Essais réussis - Analyses chez AWE pour le pilote DCNS ICI

16/01/2012 - WaveRoller avait commencé ses tests pré-commerciaux au Portugal à Peniche le 2/01/2012 ICI

THETIS 2015
DCNS est un des sponsors et exposant

24/03/2015

Nexans remporte le contrat de câble haute tension du projet Stevin en Belgique

CRE supergrids

Belgique - France (U.E) Mardi 24/ 2015 – Energies de la mer – Renforcement du réseau électrique haute tension pour intégrer l’énergie éolienne offshore

Nexans a annoncé qu'Elia, le gestionnaire du réseau de transport (GRT) d'électricité en Belgique, va faire appel à un système de câbles extra-haute tension de Nexans pour son projet majeur Stevin, destiné à renforcer le réseau haute tension belge. 

Pour les besoins de ce projet, Nexans assurera la fabrication, la livraison et la pose d'environ 60 km de câbles extra-haute tension (380 kV), ainsi que la fourniture d'accessoires et de services sur le chantier.  

Le projet Stevin est essentiel pour le raccordement des parcs éoliens offshore et de la production d'énergie décentralisée et renouvelable en Flandre-Occidentale et joue un rôle crucial dans l'atteinte de l'objectif de 13% d'énergie renouvelable dans la consommation d'énergie en Belgique d'ici 2020. 
Le projet est également important pour le développement économique de la Flandre-Occidentale et des ports maritimes, notamment autour du port de Zeebruges. 

Enfin sa réalisation est indispensable pour l'interconnexion avec l'Angleterre qui jouera un rôle capital dans la sécurité d’approvisionnement de la Belgique. "Cette ligne de 380 kV a pour but d'augmenter la capacité du réseau d'électricité entre Zomergem et Zeebrugge, une mesure essentielle pour assurer l'approvisionnement futur du pays".

La ligne offre
. la possibilité de raccorder des sources supplémentaires de production décentralisée (éolienne, solaire et autres formes d'énergie durable) sur la côte 
. la capacité d'importer à terre l'énergie éolienne produite au large, pour son transport vers le marché intérieur 
. la possibilité de créer une nouvelle interconnexion avec le réseau belge via le projet de liaison sous-marine NEMO vers la Grande-Bretagne.

Pour des raisons d'ordre environnemental, il a été décidé d'enfouir partiellement la ligne au nord de la ville de Bruges. Celle-ci comprendra quatre circuits parallèles le long d'un tracé d'une dizaine de kilomètres, constitués de câbles de 380 kV, à isolant XLPE (polyéthylène réticulé) et à conducteur cuivre d'une section de 2500 mm². Un tiers des câbles fournis intégreront des fibres optiques pour assurer leur surveillance thermique. En outre, du fait que la ligne franchira le canal Baudouin, ce projet sans équivalent nécessitera également des techniques spéciales de pose des câbles 380 kV dans des tunnels, un domaine dans lequel Nexans peut se prévaloir d'une longue expérience. Le démarrage des travaux de pose est prévu pour le début 2016.

Elia a par ailleurs attribué à Nexans trois autres grands projets d'infrastructure nécessaires au renforcement du réseau haute tension belge. Il s'agit des liaisons Schoondaele-Sint-Baafs-Vijve dans la province de Gand, Lillo-Ketenisse dans la zone portuaire d'Anvers et Gilly-Montignies dans l'arrondissement de Charleroi. Nexans assurera ainsi la fabrication, la livraison et la pose de 39 km au total de câbles aluminium XLPE de 150 kV, d'une section de 2000 mm², dont un tiers seront équipés de fibres optiques intégrées aux fins de surveillance thermique. Le début des travaux de pose pour ces 3 liaisons est prévu pour le premier trimestre 2015.
Philippe Gastineau, est le Directeur général de l'activité Haute Tension Terrestre de Nexans.
Le groupe Elia et Nexans sont membres de l'association d'industriels européens Friends of the Supergrid (FOSG).

Sources : Nexans - RTE

Points de repère

Le groupe Elia est constitué de deux gestionnaires de réseau de transport (GRT) d'électricité, Elia Transmission en Belgique et (en collaboration avec IFM, Industry Funds Management) 50Hertz Transmission, l'un des quatre GRT allemands, actif dans le nord et l'est de l'Allemagne. Le Groupe fait partie des cinq plus grands gestionnaires de réseau européens. Le Groupe opère sous l'entité juridique Elia System Operator, une entreprise cotée en bourse dont l'actionnaire de référence est le holding communal Publi-T.

Pour en savoir +
Le projet de connexion NEMO côté France - Angleterre
Pour mémoire, une liaison NEMO est également prévue entre Bellengreville dans le Calvados et Southampton en Grande-Bretagne. Elle est mise en œuvre pour 2018. Le coût du projet est de €670 millions partagés avec National Grid, l’homologue anglais de RTE. Une concertation avait été engagée entre le 1er et le 30 novembre 2014. ICI

Octobre 2014 : Présentation de l’IFA2 : Interconnexion électrique sous-marine et souterraine entre la France et l’Angleterre RTE ICI 
Rapports environnementaux

Février 2013 : UK Environmental Statement : The Nemo Link ICI 

Avril 2012 : Projet « Nemo » de câble sous-marin d’énergie entre la Belgique et le Royaume-Uni traversant la zone contiguë française (Mer du Nord). Analyse des effets du projet sur l’environnement, commandé à Créocéan par le Consortium National Grid – Elia/Coordinateur de projet : PMSS -  ICI - Créocéan est lauréat du 1er concours mondial de l’innovation « Innovation 2030 » lancé en 2014.

THETIS 2015 ICI
Créocéan et RTE seront présents du 19 au 21 mai 2015 à Nantes 
Energies de la mer est partenaire média. 


Articles liés
 
18/03/2015 - L'Eclipse un test grandeur nature pour les réseaux interconnectés en Europe ICI 

Les réseaux électriques et gaziers : socle de la coopération énergétique européenne - Note de la Fondation Jean-Jaurès ICI 

La reproduction partielle ou totale, par toute personne physique ou morale et sur tout support, des documents et informations mis en ligne sur le site numérique energiesdelamer.blogspot.com sans mention de leur origine et de la date est strictement interdite et sera susceptible de faire l’objet de poursuites.
 

23/03/2015

Nordsee One boucle son financement avec des 10 établissements financiers


Toronto, Ontario (Canada)  - Lundi 23/03/2015 - Energies de la mer -


Northland Power Inc et RWE Innogy GmbH dirigés respectivement par John Brace et Hans Bünting, ont annoncé le 19/03/2015 la clôture du financement du parc éolien en mer Nordsee One pour €1,2 milliards. Le parc éolien offshore Nordsee One de 332 MW dans Mer du Nord de l'Allemagne sera implanté à environ 40 kilomètres au nord de l'île de Juist . 
Northland et RWE détiennent conjointement deux autres projets, Nordsee 2 et Nordsee 3, chacun avec les mêmes niveaux de propriété que Nordsee One (85% et 15% respectivement). Ces projets, totalisant environ 670 MW.

Northland détient 85% des parts et RWE conserve les 15% restants. Environ 70% des coûts du projet seront assurés par un financement de €840 000 000 "non-recourse", ce qui garantit la construction. Des prêts à terme et de prêts connexes ont été souscrits par dix investisseurs internationaux. Compte tenu de l'importance du parc de Nordsee One, le financement était sursouscrit.  


Nordsee One GmbH basé dans la ville Etat de Hambourg et codirigé par Pierre Lestienne (directeur financier, ex directeur financier de C.Power) et Tim Kittelhake a bouclé son financement en moins de six mois… 

C'est un véritable tour de force d’avoir pu réaliser ce montage financier, juridique et administratif. Le groupe d'investisseur inclut ABN AMRO, Bank Of Montréal, Commerzbank, Export Developpement Canada, Helaba, KfW IPEX, Banque Nationale du Canada, Natixis, Rabobank et la Bank of Tokyo-Mitsubishi, mais sans la Banque Européenne d'investissement.

Le projet a été conseillé par Green Giraffe (financière), Linklaters (juridique), Chatham (couverture). Les banques ont été conseillés par Clifford Chance (juridique), Sgurr (technique), Benatar (assurance), Corality (modèle vérification) et EY (fiscalité).

SgurrEnergy qui a conseillé KfW IPEX-Bank et la Bank of Tokyo-Mitsubishi UFJ, Ltd. fournira des services de surveillance pour le compte des prêteurs durant la période de construction qui devrait durer jusqu'en 2017.

C'est Senvion SE filiale à 100% de Suzlon, qui est basée à Bremerheven qui livrera les turbines 6.2M126 de 6,15MW chacune (Voir Vidéo ICI). Senvion et Nordsee One GmbH avaient signé le contrat pour la livraison, l'installation et la mise en service des 54 éoliennes offshore en décembre 2014 à Hambourg.

Nous vous en dirons plus à l'occasion du reportage réalisé dans les Länder de Brême et de Basse-Saxe avec le soutien de l'Office franco-allemand OFAEnR et le Clean Energy Wire (CLEW).




Points de repère

2/01/2015 : Un point sur les parcs éoliens en mer en Allemagne (ICI)