30/01/2015

Ports Normands Associés : Bilan 2014 et perspectives 2015

Vinci - Cherbourg


Caen – France (U.E) – Vendredi 30/01/2015 – Energies de la mer – PNA, Bilan et perspectives 2015


Pour Ports Normands Associés, « trois enjeux majeurs sont à prendre en considération dès à présent :
. la perspective de la réunification normande,

. les éventuelles conséquences de la loi de Nouvelle organisation territoriale de la République (NOTRe) dont les ports, dont le Sénat a achevé le 26/01/2015 l'examen en première lecture.

. la nécessité tant pour Caen-Ouistreham que Cherbourg de retrouver des trafics conventionnels structurants.

Dans cet esprit, Laurent Beauvais Président du Conseil régional de Basse-Normandie et Président du comité syndical de Ports Normands Associés (PNA) et Philippe Deiss, nouveau Directeur Général de PNA depuis le 1er novembre dernier, souhaitent renforcer le travail partenarial avec ses partenaires et ses délégataires.

La seconde priorité de PNA est de rechercher, en lien avec ses délégataires, de pistes de développement pour conforter l’impact économique du port sur le territoire. En ce sens, des études de marché et de diversification sont lancées pour identifier de nouvelles opportunités concernant les filières transmanche, vrac et croisière.

La troisième priorité vise à renforcer l’attractivité de l’offre portuaire. Cela se traduit par un niveau d’investissement exceptionnel de 60 M€ au bénéfice de nombreuses filières qui prennent appui sur les infrastructures pour fonder leur développement.

Parmi les projets majeurs, 50 M€ seront consacrés à la filière naissante des Energies Marines Renouvelables :
 -  livraison du quai sud des Flamands du port de Cherbourg, spécifiquement constitué pour 
supporter les colis d’un poids exceptionnel soit 15T/m2 . Ce sera le premier quai de ce type en France,
-  démarrage en mars 2015 de l’extension de 39 ha du port de Cherbourg en grande rade, afin de disposer 
d’espaces suffisants au déploiement attendu de la filière hydrolienne dès 2016 en liaison avec l'ONEM. Il nécessitera l’emploi d’une des plus grosses dragues au monde, « la Leonardo da Vinci ». Près de 5 millions de m3 seront en effet nécessaires pour réaliser cet agrandissement.
-  réaménagement de l’avant-port de Ouistreham afin de permettre l’implantation de la base de 
maintenance du champ éolien de Courseulles-sur-Mer. En effet, dans le cas où le pré-assemblage des fermes éoliennes offshore pour les champs de Courseulles-sur-Mer et Fécamp seraient concomitants depuis Cherbourg, un nouveau quai lourd sera nécessaire. II s’agira alors de construire un quai spécialisé de 140 mètres au droit de l’extension des 39 ha. Les études aboutiront en 2015. Enfin, l’élargissement du môle de 2,5 ha dans l’avant-port de Ouistreham sera nécessaire pour l’accueil de la base de maintenance du champ de Courseulles-sur-Mer. Investissement: 50 M€

Le secteur de la pêche et des produits de la mer est également développé avec la finalisation de la réhabilitation des infrastructures portuaires et la viabilisation d’une zone d’activité d’environ 4ha sur le site Collignon (600K€), ainsi que celui de la construction et de la réparation navale avec la livraison de l’élévateur à bateau 300 T (1,6 M€), disposeront de nouveaux outils attractifs pour se développer.

PNA, ONEM seront présent à Euromaritime Stand D16 

Points de repères en 2014-2015

- Signature du prêt accordé par la Banque Européenne d’Investissement (BEI) pour un montant de €75 millions pour la réalisation du programme de travaux d’infrastructures et d’aménagements portuaires à Cherbourg.

 - Alstom a confirmé la création de 500 emplois à Cherbourg, ce qui en fait son site industriel dédié aux EMR le plus important.
- Dieppe, Fécamp, Le Tréport : poursuite des opérations communes de dragage initiées en 2008 entre le Syndicat Mixte du Port de Dieppe, la Seine Maritime, la CCI du Littoral Normand-Picard Abbeville- Le Tréport et PNA jusqu'en 2018.

Partenariat avec les centres de recherche

En matière de recherche, ESITC5 PNA a noué un partenariat conjoint entre, l’ESITC, l’Université Caen-Basse-Normandie et le CNRS, dans le cadre des travaux d’extension en grande rade. Celui-ci se traduit par une convention dont l’objectif consiste à mener à bien une modélisation concernant le dimensionnement de la future digue. PNA est également partenaire pédagogique de l’ESITC pour apporter son support et son assistance aux formations génie civil maritime dispensées par l’établissement. Pour mémoire, l’ESITC est partie prenante du projet SETARMS.

- L'Hydrogène : Une diversification proposée par le Conseil Général de Manche.
L’hydrogène semble être un des vecteurs les plus prometteurs pour stocker et transporter de l’énergie. Le caractère énergétique particulier de la Manche (largement surproducteur à l’heure actuelle avec le nucléaire, et plus encore demain avec les énergies renouvelables) a fait se positionner les collectivités sur cette filière d’avenir.
Le CG de la Manche a sollicité PNA pour que puisse être envisagée l’implantation d’une station-service sur le port de Cherbourg.


- Dans le port de Cherbourg (Manche), géré par Ports Normands Associés (PNA), Soletanche Bachy, filiale de Soletanche Freyssinet (VINCI Construction), en groupement avec Atlantique Dragage, s’est vu attribuer l’extension du quai des Flamands. Le projet porte sur la réalisation d’un quai composé de deux parois moulées parallèles et sur les travaux de dragage et de déroctage préalables. Au total, Soletanche Bachy réalisera 14 000 m2 de paroi moulée à l’hydrofraise, 100 000 m3 de terrassement, et 350 m de poutre de couronnement. La mise en service du quai et du terre-plein est prévue début 2015. Montant du contrat : 25 M€.

Archives "Energies de la mer" 

11/10/2014 - PNA : Signature Haropa et un nouveau directeur ICI. Le directeur de l'aménagement est Bertrand Marsset, le directeur du développement est Jérôme Chauvet.
15/10/2012 - Port de Cherbourg : concertation publique - ICI

29/01/2015

Pays de la Loire : les 3 principaux candidats pour les régionales désignés

Nantes - Pays de la Loire - Jeudi 29/01/2015 - Energies de la mer


C Clergeau

Y Favennec
B Retailleau
La Région qui accueille THETIS EMR 2015 a désigné ses candidats pour les prochaines élections de décembre : Bruno Retailleau pour l’UMP, Christophe Clergeau pour le PS, et l’UDI a désigné, à l’unanimité de son bureau national, Yannick Favennec pour porter le projet ligérien et incarner un nouvel élan pour l’Ouest". 

La Région des Pays de la Loire qui est présidée par Jacques Auxiette est particulièrement investie dans le développement des énergies renouvelables de la mer.

Deux projets de parcs éoliens ont été désignés lors des précédents appels d’offre : Saint-Nazaire pour EDF EN et Dong avec Alstom (1er volet) et 
l'autre se situe entre l'île d'Yeu et celle de Noirmoutier pour GDF Suez et Areva (2è volet)

Point de repère

En 2011, le gouvernement français avait planifié 6 GW de puissance installée d'énergie produite par des éoliennes en mer à l’horizon 2020soit 3,5% de la consommation française d’électricité. A ce jour 3 GW ont été attribués

Selon les turbines choisies, cela représente environ 1.200 éoliennes à construire et installer aux larges des côtes françaises.

Christophe Clergeau est 1er vice président de la Région
Yannick Favennec est conseiller régional et député du Nord-Mayenne
Bruno Retailleau est actuellement sénateur et président du Conseil général de Vendée (il a renoncé à briguer le renouvellement de son mandat aux prochaines élections départementales).

Complément d’information à l’article paru  le 23/01/2015 sur Energies de la mer et complétée le 24 janvier "Christophe Clergeau, confirmé" ICI

28/01/2015

La France s'éveille à la Chine

Les enjeux internationaux - émission de T Garcin du 19/01/2015

France - Chine - Mercredi 28/01/2015 - Energies de la mer - Partie 1/2 - Voyage en Chine

Manuel Valls, effectue du 29 au 31 janvier sa première visite officielle en Chine en tant que Premier Ministre. Son objectif, clairement affiché, est de  montrer que la France est ouverte aux investisseurs chinois.
Il s’agit par ailleurs de convaincre Pékin de signer l'accord mondial sur le climat lors de la conference qui aura lieu à Paris en fin d'année.

Manuel Valls, accompagné notamment par le ministre des Affaires Etrangères, Laurent Fabius, doit se rendre dès son arrivée dans l'Empire du milieu à l'usine d'assemblage du A320 d'Airbus ouverte il y a dix ans dans la zone portuaire de Tianjin située à une centaine de kilomètres de la capitale. A noter qu’il s’agit de la seule usine de l'avionneur européen située en dehors d'Europe et d'Amérique du Nord.

Le Premier Ministre sera reçu dans l’après-midi au Palais du Peuple à Pékin par son homologue Li Keqiang. Il se rendra également à Shangaî où une visite de l’usine Michelin est prévue. Le voyage est aussi ponctué de séminaires consacrés au business franco-chinois.
A la veille de son départ pour son voyage officiel, Manuel Valls avait déclaré dans une interview à l'agence officielle Chine nouvelle « La France est plus que jamais ouverte à la Chine, à ses investisseurs, à ses étudiants et à ses touristes ».

Ces derniers mois ont été marqués par deux investissements symboliques de la Chine en France avec l’achat de l’aéroport de Toulouse et celui du  Club Med.

Incertitude pour les télécommunications, alors que le Premier ministre se dit « très favorable » à accueillir un centre de recherche en France de Huawei qui fabrique des tablettes, des smartphones …. l’objectif est de tenter de rééquilibrer les échanges commerciaux entre les deux pays, marqués par un déficit de €25,8 millards en 2013 pour la France.

L’enjeu économique et commercial

Il est accompagné d'une cinquantaine de patrons et d'hommes d'affaires dont Fabrice Brégier, PDG d'Airbus, et les nouveaux présidents d'EDF et Areva, Jean-Bernard Levy et Philippe Knoche, de Gérard Mestrallet, président de GDF Suez et de Guillaume Pepy de la SCNF. Au total 15 accords de contrats doivent être signés à Pékin, en présence du Premier Ministre chinois, Li Keqiang. La France et les entreprises françaises ont déjà investi quelque €20 milliards en Chine, les montants annuels sont cependant encore jugés trop limités.


Un autre enjeu diplomatique

Indépendamment des enjeux économiques, financiers et humanitaires, l’un des points importants de ce voyage sera d'amener la Chine à prendre position en faveur de la réunion mondiale sur le climat, alors que celle-ci est le premier émetteur mondial de gaz à effet de serre. 
En effet, avec la lutte contre le réchauffement climatique qui sera au coeur des discussions de la 21è conférence « Cop 21 » qui se tiendra à Paris en décembre prochain, la participation de la Chine sera importante et mettra en évidence la suite qu'elle souhaite donner après les accords avec les Etats-Unis en novembre.

Les enjeux géographiques intérieurs

Dès les années 80, c’est-à-dire dès le début des réformes lancées par Deng Xiaoping, les observateurs avaient noté l’accentuation des inégalités entre provinces, d’autant plus que le succès de cette dynamique volontariste avait profité dans un premier temps à la façade littorale et à des provinces méridionales, plus riches et mieux dotées que les autres.
Cette disparité avait d’ailleurs été accentuée par un mouvement des campagnes vers les villes. Certains chefs de province s’étaient même plaints de devoir reverser à Pékin une partie de leurs nouveaux revenus.
Trente-cinq ans après le lancement des « quatre modernisations », ces inégalités se sont aggravées. Ce sera également l’un des volets importants du souci d’équilibre que les autorités chinoises souhaiteront mettre en avant dans le cadre des négociations sur le climat.



Points de repère

Les enjeux géographiques intérieurs

Dès les années 80, c’est-à-dire dès le début des réformes lancées par Deng Xiaoping, les observateurs avaient noté l’accentuation des inégalités entre provinces, d’autant plus que le succès de cette dynamique volontariste avait profité dans un premier temps à la façade littorale et à des provinces méridionales, plus riches et mieux dotées que les autres.
Cette disparité avait d’ailleurs été accentuée par un mouvement des campagnes vers les villes. Certains chefs de province s’étaient même plaints de devoir reverser à Pékin une partie de leurs nouveaux revenus.
Trente-cinq ans après le lancement des « quatre modernisations », ces inégalités se sont aggravées. Ce sera également l’un des volets importants du souci d’équilibre que les autorités chinoises souhaiteront mettre en avant dans le cadre des négociations sur le climat.

Eolien / nucléaire

EDF a vendu 80 % de trois parcs britanniques au chinois CGN, qui était un partenaire potentiel dans le nucléaire outre-Manche.
En savoir plus ICI 

La Chine fait sa place dans l'éolien terrestre et son entrée dans les énergies en mer.(A lire prochainement un article consacré aux énergies marines notamment dans le cadre de la coopération entre l'Université de Shangaï et l'IRENAV de l'Ecole navale)

L’énergie éolienne a pris une place significative dans le bilan énergétique chinois  fournissait 2,4 % de la production électrique chinoise en 2012, avec des taux de croissance très élevés : +33 % en 2012 et +63 % en moyenne annuelle sur la décennie 2002-2012.

La Chine est depuis 2010 au 1er rang mondial pour sa puissance installée éolienne, qui a atteint 91 424 MW fin 2013. Le gouvernement chinois vise 200 GW éoliens pour 2020 et 1 000 GW (17 % des besoins en électricité) en 2050. Elle était était en 2012 au 2e rang mondial pour la production d'électricité éolienne, derrière les États-Unis. Le facteur de charge moins élevé des parcs éoliens chinois (1800 heures par an en moyenne, contre 2300 aux États-Unis) explique que sa production reste largement inférieure à celle des États-Unis ; ceci provient en partie de retards dans le raccordement des nouveaux parcs.
En tant que fabricant de systèmes éoliens, la Chine est devenue dès 2010 le numéro un mondial, dépassant le Danemark et l'Allemagne. 

27/01/2015

Alstom : Haliade 150 définitivement certifiée par DNV GL

Haliade 150 au Carnet

Nantes – France (U.E) – Mardi 27/01/2015 – Energies de la mer



L’HaliadeTM 150-6 MW d’Alstom installée sur le site du Carnet* a obtenu le certificat définitif de l’organisme de certification DNV-GL. C’est une étape majeure, préalable à l’exploitation commerciale précise le communiqué de presse

L’Haliade sera produite dans l’usine de Saint-Nazaire inaugurée le 2 décembre dernier. Elle a déjà été choisie pour le projet Block Island aux Etats-Unis et par EDF EN pour trois projets français** (Courseulles-sur-Mer en Basse-Normandie, Fécamp en Haute-Normandie et Saint-Nazaire dans les Pays de la Loire) totalisant ainsi une puissance de 1.5 GW.

En mai 2013, l’Haliade avait déjà obtenu la certification de sa courbe de puissance. Les derniers essais ont permis de vérifier que l’éolienne était parfaitement conforme aux modèles de conception en matière de fiabilité, de fabrication et de maintenance des principaux composants de l’éolienne.

« L’objectif des travaux de mesures et d’essais menés par Alstom est de confirmer la performance de notre éolienne. Nous sommes fiers d’avoir passé avec succès ce jalon important pour la commercialisation de l’Haliade » a indiqué Yves Rannou, Senior Vice-Président en charge des activités éoliennes d’Alstom.
Les équipes de l’éolienne Haliade offshore qui est installée en mer au large des côtes belges sur le site de Belwind continuent de vérifier l’ensemble des procédures d’exécution, d’installation, de mise en service et d’exploitation de l’éolienne.

Le site du Carnet** est détenu par le grand port autonome de Nantes Saint-Nazaire qui a mis à disposition d’Altsom l’emplacement du Carnet  afin qu’il puisse être utilisé dans des conditions de site d’essais et de qualification. Il présente certaines caractéristiques de sites en mer grâce à sa proximité avec l’océan, bien qu’il soit à terre.

Les équipes de l’éolienne Haliade offshore qui est installée en mer au large des côtes belges sur le site de Belwind continuent de vérifier l’ensemble des procédures d’exécution, d’installation, de mise en service et d’exploitation de l’éolienne.


Source : Alstom


Points de repère
* Un accord de partenariat exclusif lie EDF EN et Alstom pour la fourniture des éoliennes offshore. C’est ainsi qu’Alstom a fourni les éoliennes offshore au consortium mené par EDF Energies Nouvelles et Dong Energy, avec wpd offshore et Nass et Wind .



02/12/2014 - Inauguration des usines Alstom à Montoir - Port de Nantes Saint-Nazaire. ICI  

20/09/2014 - Haliade TM 150 d’Alstom a produit ses premiers KWh. ICI

21/03/2012 - Haliade TM 150 prête à commencer ses tests à terre. ICI
12/02/2014 - Mer-veille.com - Tour des ports : Comment s'organise le Grand port maritime de Nantes pour le hub "éoliennes offshore", l'usine Alstom à Montoir, le développement de SOGEBRAS dans la manutention des éoliennes et le premier chargement de colis lourd pour la grue de TGO qui a été mise en service fin janvier.

26/01/2015

Jifmar : un 5è MultiCat pour la maintenance en mer


Marseille - France (U.E) - Lundi 26/01/2015 - Energies de la mer -

Jifmar Offshore Services complète sa flotte de 10 navires avec un nouveau bâtiment polyvalent de type MultiCat conçu par les chantiers néerlandais Neptune Shipyards.

ROXANE Z
Le groupe marseillais Jifmar Offshore Services, a commandé un cinquième navire polyvalent (livrable second semestre 2015) particulièrement adapté au marché de l'éolien offshore, la surveillance de câbles, la maintenance des structures en mer, mais également pour les opérations de maintenance pour l'O&G et les opérations sous-marines. 

Ce nouveau navire permet de porter à 11 navires la flotte Jifmar en 2015.

Dans le secteur des énergies marines qui sera bientôt convoité en France et qui est très concurrentiel en Europe, Jifmar, qui a bénéficié de soutien de la part de BpiFrance, intervient pour la maintenance de terminaux pétroliers, les renflouages, la récupération de débris, met à disposition des ROV, organise des remorquages, pratique la location de pontons, offre une assistance aux travaux maritimes et sous-marins.

Foad Zahedi mentionne que "Jifmar est une entreprise maritime qui fournit des solutions de gestion de projets maritimes clef en main. Jifmar Offshore Services a pris pied dans la filière émergentes des ERM en France avec le parc d'essais d'EDF EN à Paimpol Bréhat et le site de l'Ecole centrale de Nantes SEM-REV. Jifmar collabore dans ce secteur à des projets en Allemagne et en Belgique où il a notamment participé à l'installation d'HaliadeTM 150-6MW d'Alstom au sein du site de Belwin".

Armateur français créé il y a maintenant 10 ans par Jean-Michel Berud (Président) et Foad Zahedi (Directeur général), le groupe possède déjà dix navires qui opèrent notamment en Europe et en Afrique (Nord, Ouest et Est). Le nouveau MultiCat Roxane Z portera dorénavant à 11 le nombre de navires opérationnels dès le second semestre 2015. 

Long de 34  mètres pour une largeur 13 mètres avec un tirant d'eau de 3,40 mètres, Roxane dispose de deux grosses grues respectivement 340 tm et 230 tm. Il sera livré le 6 février à Rotterdam sous pavillon français. Il aura comme port d'attache Marseille.

Les apparaux de pont comprennent également 4 treuils respectivements 125 tonnes, 50 tonnes et 2 x 15 tonnes) ainsi que deux cabestans.

Grâce à son positionnement Dynamique DP2 et la surface de son pont, ROXANE Z peut embarquer jusqu'à 190 tonnes en pontée de câbles, d'aussière, et d’équipements de pose et de protection de câbles et peut travailler aussi bien échoué sur la plage qu’en mer profonde. 


Points de repère

10 04 013 - Jifmar Offshore Services ICI a réalisé l'inspection du câble sous-marin du site hydrolien de Paimpol-Bréhat d'EDF CIH. Cette opération, conduite avec l'aide d'un robot sous-marin et d'un navire MultiCat de 22m, a permis d'effectuer le survey vidéo en continu des 10km de câble. Les deux défis étaient d'une part de diriger le ROV (robot sous-marin Le Cougar XT33) dans une zone de forts courants (jusqu'à 3nds) et d'autre part de maintenir le navire en position stationnaire en mer (car cette opération ne permet pas s'ancrer), ceci afin de ne pas risquer d'endommager le câble.

19/02/2013 - Jifmar basé à Marseille avec une implantation à Brest ….. et vient de renforcer sa position en Bretagne Brest en acquérant un nouveau navire multi-fonctions de 24m, le JifBreizh, (voir mer-veille.com ICI et le répertoire Marine-renewables-directory.com)

02/08/2012 - Jifmar et SDI, deux entreprises françaises à l'assaut des parcs éoliens offshore ICI 

Jifmar est membre du Pôle mer Méditerranée et du Pôle mer Atlantique, ainsi que de Bretagne Pôle Naval.